La culture maraîchine

Le Marô, c’est aussi une culture

 

Plus qu’un lieu ou un territoire, le Marô c’est aussi une culture : la culture maraîchine.Les habitants au fil des siècles ont bâti une véritable culture forte et identitaire sur ce territoire : danses et musiques, cuisines mais aussi des moyens de transports uniques, des habitats originaux ou encore un patois…

Découvrez tous les piliers de la culture maraîchine :

Danses et musiques

Le Marais Breton Vendéen possède un répertoire de musiques et de danses riche, avec notamment la maraîchine, danse traditionnelle en ligne ou en cercle, et la veuze, cornemuse rustique commune au Pays Nantais.

Si vous avez l’occasion de vous rendre au Daviaud ou bien aux foires à l’ancienne de Challans, vous aurez la chance de pouvoir observer ces danses et musiques d’autrefois et même d’y participer si l’envie vous en dit ! 

Autrefois Challans

Moules à la crème

De délicieux mets du terroir

La cuisine maraîchine n’est pas en reste : anguilles grillées sur sarments de vigne, cuisses de grenouilles à la persillade, rata de margates, gralaïe, moules maraîchines, soupe de rivéros, caillebottes, flan maraîchin, foutimassons… La liste est longue mais n’en est pas moins gourmande et authentique. Tous ces noms qui chantent sont autant de délicieux mets du terroir !

Si vous souhaitez découvrir la gastronomie du Marais Breton Vendéen, n’hésitez pas à vous rendre dans les restaurants du territoire qui proposent tous à leurs façons, authentique ou revisitée, des délicieux plats et mets du Marô !

Se déplacer dans le Marô

 Le territoire étant composé de nombreux canaux et étiers, les habitants ont dû trouver d’ingénieux moyens pour se déplacer dans le Marais Breton Vendéen.

Ils utilisaient la yole, une petite embarcation propulsée à la perche, qu’il est encore possible de découvrir grâce à des balades guidées, mais également la ningle, une longue perche de bois utilisée pour sauter les étiers.

Ces modes de déplacement font aujourd’hui parties de l’identité du territoire !

Les yoleurs – Le Perrier

La bourrine du bois Juquaud – Saint-Hilaire-de-Riez

Un habitat traditionnel typique

Le Marais Breton Vendéen possède également un habitat traditionnel typique : la bourrine. La bourrine est une maison basse avec un toit de chaume reconnaissable, et elle est souvent dressée sur un bas-côté de charraud (talus). Elle est ainsi moins vulnérable aux vents de mer.

Elle se compose de murs constitués d’un mélange de roseaux, de sable et de terre crue couverte d’un toit de roseaux. Les matériaux sont directement tirés du marais. C’est une demeure modeste qui compte une seule pièce, plus rarement deux, servant à la fois de cuisine, de salle à manger et de chambre. Certaines sont encore habitées tandis que d’autres peuvent se visiter, comme par exemple la Bourrine à Rosalie ou bien la Bourrine du Bois Juquaud.

Ce projet est cofinancé par le fonds européen agricole pour le développement rural. L'Europe insvestit dans les zones rurales