Un territoire unique en France !

Une ancienne baie : la Baie de Bretagne

À l’origine, le Marais Breton Vendéen faisait partie d’une ancienne baie : la Baie de Bretagne. Progressivement recouverte par l’océan, cette baie entre le Poitou et la Bretagne était composée de plusieurs îles. Seule l’Ile de Noirmoutier est encore entourée par l’Océan Atlantique.
Les autres sont aujourd’hui rattachées au continent.

En effet, durant la Préhistoire, les dépôts progressifs de sédimentation provenant des rivières ont fermé la baie peu à peu.

Le Port du Bec – Bouin

Marais Salant Les Valencières  – Bouin

La réputation et la richesse du marais

Entre le XIème et le XIIIème siècle, sous l’impulsion des moines bénédictins, les premières salines ont été creusées. Ainsi ils structurent et commencent à commercialiser le sel. Utile pour la conservation des aliments, il a fait la réputation et la richesse du marais du Moyen Âge jusqu’au XVIIIème siècle : ce territoire était à l’époque le plus grand producteur de sel en France. Par la suite, l’envasement naturel progressif de la baie amplifié par les tonnes de lest de cale que les navires larguaient avant de charger le sel mit fin au commerce à grand échelle, l’accès aux ports devenant de plus en plus compliqué.

Au fil des siècles, l’homme aménage le Marais. Il creuse des canaux et gagne des terres sur la baie grâce à une technique importée des Pays-Bas, la poldérisation. Le déclin de la saliculture laisse place au développement de l’activité agricole.

Un regain d’intérêt pour les activités traditionnelles

Aujourd’hui, le marais est un enchevêtrement de canaux, de marais salants et de prairies humides. L’espace est ponctué de bourgs, correspondants aux anciennes îles. Des bourgs se sont également implantés sur le pourtour du Marais.

Les activités ostréicoles et le tourisme sont ensuite venus s’ajouter aux activités économiques déjà présentes. Par ailleurs, l’activité des marais salants connaît un nouveau souffle depuis quelques années grâce à la qualité de sa production.

La bourrine du bois Juquaud – Saint-Hilaire-de-Riez

Ce projet est cofinancé par le fonds européen agricole pour le développement rural. L'Europe insvestit dans les zones rurales